Coup de foudre

1, 2, 3 et l’un de vous disparaîtra…

Le scénario n’a absolument rien de nouveau, il est même presqu’aussi vieux que le monde : un groupe d’amis se réunit et voit ses membres disparaitre au compte- goutte, le tout sur trame de fond d’un passé mystérieux qui semble refaire surface. Si certains films, télé-films ou certaines séries s’y sont cassé les doigts, il semblerait bon de penser que le simple peut parfois se faire plus efficace que les grands effets spéciaux.

Le Châlet est une série française de 2018 d’abord projetée sur France 2 pour ensuite se retrouver, pour notre plus grand plaisir sur la plateforme Netflix. Ici, pas de grands effets spéciaux, pas de casting scandaleux… Du simple, pour faire simple, mais efficace. De retour sur Valmoline, village perdu dans la montage, à l’occasion d’un mariage dans un luxurieux châlet, une bande d’amis d’enfance se retrouvent prisonnier du passé, suite à l’effondrement d’un pont. Très vite, celui-ci va les rejoindre et voir les phénomènes étranges se multiplier dans l’horreur. Tout semble laisser croire que la disparition d’une famille il y a vingt ans, dans le domaine, n’est pas sans raisons avec les faits étranges.

Si le lancement de la série a reçu un accueil particulièrement froid, du à sa réalisation française et son casting de comédiens peu connus, cela n’aura tout de même pas découragé les fans d’horreurs à la sauce 1980 et c’est tant mieux ! Mélancoliques des vieux codes cinématographiques qui ont contribué, jadis, au succès du genre, soyez heureux, Le châlet ressort habilement ceux-ci. Ici, tout semble réuni pour nous faire passer un bon moment : un groupe d’amis qu’on déconnecte du reste du monde, un meurtrier invisible qui observe et sévit dans l’ombre, une tragédie qui refait surface pour tout ensevelir sur son passage et même le personnage que tout le monde aime à détester. La narration de l’histoire, en deux lectures chamboulées (présent et passé) vient tout bousculer et déroute le spectateur.

Pour ne pas changer, la critique n’a absolument pas aidé au succès de la série, le manque d’imagination des chroniqueurs faisant parfois plus peur que les pires films d’horreur de l’histoire. En effet, ici pas de gore, pas d’effets spéciaux, rien de foncièrement nouveau, tout reposant sur la trame particulièrement bien huilée, même si on devine ci et là des maladresses étouffées pour rendre l’histoire plus plausible. Mais bien entendu, il faudra être attentif, mémoriser, écouter, réfléchir et reconstituer le puzzle long de plusieurs années… Pas de consommation gratuite.

On accordera un petit plus, supplémentaire, aux générique qui, dès sa première écoute, glace littéralement le sang grâce à une comptine glauque et macabre à souhait, que vous pourrez écouter ci-dessous. Ce générique est accompagné d’images qui mettent en scène le village de Valmoline reconstitué en miniature et de santons représentant les personnages. Au fil des épisodes, celui-ci évolue, laissant peu à peu un sang se déverser et recouvrir dans son sillage les allées du village.

Une série à dévorer avec beaucoup d’attention.

Scylla…

 

LIENS :

LE CHÂLET

Année de diffusion : 2018

Nombre de saisons : 01

Nombre d’épisodes : 06

Durée des épisodes : 52min

Genre : Drame, Thriller

Réalisation : Camille Bordes-Resnais, Alexis Lecaye

Avec Marc Ruchmann, Emilie de Preissac, Agnès Delachair

Nationalité : France

Chaîne d’origine : France 2

Musique : Samuel Hercule

Disponibilité : Netflix

VOS COMMENTAIRES