Coup d'œil

A Kalbut détourné…

Saviez-vous qu’un requin marteau peut tout à fait décorer votre intérieur, scotché au mur, ou presque… Sans l’inonder d’une puanteur absolue ? Ou que les cornes de Pépère et Mémère, le couple de rhinocéros  sont faites pour l’une de bois tendre et pour l’autre de bois dur ? D’ailleurs, si l’on vous le demande, sachez que le chien ne peut faire caca sur la terrasse… Sous le regard médusé du Pic de cœur perché sur sa branche, ainsi que des free dinosaures, rois du pétrole. Pas de panique, vous ne venez pas de basculer dans la quatrième dimension ou dans un épisode d’Alice au pays des merveilles… Je vais juste vous conter l’univers atypique et détourné de Kalbut dsgn !

Si l’on suit le mouvement, celui dont je vous parle de plus en plus, on récupère, on ne jette pas ! Ou on donne… Parce qu’il y a toujours un quelque part ou un ailleurs où on bricole, où la ferraille c’est la vie ! Loin, très très loin et fort heureusement des pratiques barbares d’antan, les têtes et cadavres empaillés ne résonnent plus comme les trophées de chasse qu’ils n’auraient jamais dû être. En presque 2021, on aime voir les animaux vivre en paix, là où il n’ont rien demandé à personne… Et surtout pas à l’homme. Ou du moins on aimerait que ces enculés de chasseurs l’aient compris… Passez-moi l’expression mais il faut appeler un « con » un « con », le chat n’ayant rien à voir dans l’histoire. Ça bricole donc, histoire de nous permettre de rendre à l’animal ses lettres de noblesse. Ainsi, un Martin pêcheur, de son bleu manteau… Les Dupont avec T et Dupond avec D… A moins que ce ne soit Ducon ?

D’ailleurs, connaissez-vous l’histoire de ce dernier ? «  Ducon regrette, il s’est encore fait avoir avec le fameux noir vendredi… Il a vendu sa laine et son deuxième rein pour s’acheter un super téléphone 5G . Pauvre Ducon il n’y a pas d’antenne dans la Pâture… ». Vous l’aurez compris, cet univers là, non dépeuplé d’art et d’humour noir, a trouvé sa place depuis plusieurs années maintenant dans le paysage campagnard de Amay, en province belge de Liège. Derrière tous ces caractères et autres rebellions d’un monde digne, se cachent deux personnages tout aussi atypiques : Mon premier s’appelle Maxime, la trentaine et est artiste. Mon second, l’accompagne partout pour dénicher tout un tas de déchets et fait office tantôt d’acolyte, tantôt de stagiaire !

Ces deux là, leur dada, à défaut de lui avoir déjà donné vie, c’est la récup… Mais attention, pas n’importe laquelle. Ils récupèrent tout un tas de trucs (vous remarquerez que ce mot qu’on a tendance à rejeter à la poubelle lorsqu’on corrige nos articles, prend tout son sens ici, l’absurdité belge ou créative lui allant si bien). De la ferraille en tout genre, belle ou pas, des chuttes de cuir, de bois, de clôture, de robinetterie, de vélo, d’usine ou de votre grand-mère (attendons tout de même qu’elle ait trépassé pour cela) sont ainsi récupérés pour mieux être assemblés et trouver ainsi une seconde vie. Et c’est en cela que tout le génie repose… A l’heure où la tendance s’installe confortablement dans l’industriel, l’artiste, accompagné de son fidèle compagnon, sublime nos intérieurs à l’aide de matières premières qui semblaient destinées à la poubelle. Lorsque l’ancien tuait pour agrémenter de façon morbide, l’actuel lui se contente de l’imagination pour donner vie. Avouons ici que la modernité nous conte une histoire beaucoup plus jolie que celle devenue bien ringarde. 

Un pélican qui a le feu au cul… Un marteau baleine nageant avec les frères Toc… Les lièvres à propulsion et autres gros bec Toucan… Les calamars luminaires… Les fleurs du mâle… Pour ma part, c’est depuis déjà quelques années, que deux de ces sublimes pièces ornent mon salon avec plaisir et style pour la plus grande surprise admirative de mes invités. Et on ne s’en lasse pas ! Le travail de Maxime et de son comparse est pourtant loin de se limiter à embellir nos intérieurs. Il vous suffira juste d’un simple coup d’œil sur son travail pour le découvrir. 

Au milieu des deux pièces qui ornent mon salon, les deux comparses à l’origine de la chose…

Vivre de son art n’est clairement pas facile… Surtout en ces temps difficiles. Mais à l’heure où l’on applaudi le ridicule, de valeurs résonnant avec bidule, ne serait-il pas de meilleur ton d’encourager ces quelques con-gèneres qu’on regarde du coin de l’œil ? Eux au moins ont cette fonction  de donner du caractère, du vrai, à nos intérieurs, en préservant la vie ! N’attendons donc pas que la mort, comme la plupart du temps, leur trouve du talent. Ce talent là est bel et bien réel, permets-lui de continuer à donner vie. Bravo donc à ces deux là.

Scylla…

LIENS :

KALBUT DSGN

Eco design/ Upcycling / Sculpture / Aménagements / Performances .
Ateliers / formations / stages
Tel : +32 488 65 11 77
SUIVEZ-LES
Facebook : @kalbutDSGN
Instagram : @kalbut_art

VOS COMMENTAIRES