Coup de frais

Au goûter, mon cœur chavirait…

Signe d’un temps plus qu’imparfait qui nous noie, de plus en plus de gens s’interrogent, se questionnent et tentent de consommer avec intelligence. D’où vient le produit ? De quoi est-il composé ? Où et comment a-t-il été fabriqué ? Telles sont les questions qui aujourd’hui tendent à devenir nos réflexes quotidiens, afin de ne pas vivre de n’importe quoi et surtout d’alimenter une industrie prête à tout nous faire avaler. Vendredi, le temps, l’ennui accompagné de leur amie la lassitude se sont mépris dans le nœud de l’amalgame et m’ont poussé à passer la porte des Paniers de Sandrine !

En soi, l’expérience pourrait sembler ne rien avoir de nouveau… Il y a quelques semaines, j’avais interviewé Sandrine, des Paniers du même nom, dans L’entretien en 5 temps. Une agricultrice rencontrée il y a deux ans sur un événement, avec qui j’avais eu un excellent feeling. Après cette interview, Sandrine m’avait fait l’immense plaisir de me composer un panier de légumes de son jardin. A l’époque j’avais été subjugué par l’odeur de ce panier, à l’arrière de ma voiture lors du retour au bureau. Pour quelqu’un qui a passé la quasi totalité de sa vie en centre-ville, l’idée peut sembler abrupte, mais se garer sur le parking d’une ferme, a déjà un certain charme… Les odeurs, l’air, me rappelant les vacances passées à la campagne, lorsque j’étais gosse, aux cotés de mes parents. Souvent les gîtes que nous occupions, en famille, étaient loués par des fermiers et mis à part se balader, il n’y avait pas grand-chose à faire, je finissais donc cash systématiquement par traîner, jouer dans la ferme, voire aider les fermiers dans leur travail. Étrangement, j’en garde un superbe souvenir… Même si à l’époque, je cachais cela à mes petits copains de classe, les vacances à la ferme n’étant pas considérées comme ce qu’il y avait de plus « glamour ». Et pourtant…

Une fois arrivé donc à la ferme, je remarque qu’une file s’est constituée, en respect des règles bla-bla-bla… On connaît maintenant la chanson. Mais le constat est là : les gens respectent les règles. Et tout en me disant cela, je constate que les gens… ces gens… le public venu comme moi pour acheter des légumes directement chez le producteur, ne sont pas ce public stéréotypé qu’on pourrait croire. Dans la file, d’autres personnes, mais avec tous les profils qu’on peut croiser dans la rue, du plus jeune au plus vieux ! Y aurait-il donc une réelle prise de conscience de la part de la population ? Si c’était le cas, ce serait tout de même une jolie avancée, il faut l’avouer. Plus la file avançait, plus j’avais une vue sur l’intérieur du hangar devenu une petite boutique pour l’occasion… Mais avec une quantité de produits beaucoup plus fournie que je n’aurais pu le croire… Décidément ! Et en effet, la variété des produits proposés est vraiment large. Mais ma plus grande surprise n’était pas là…

En écrivant cet article, je souris et ce sourire prêterait même à me porter à rire… Parce que je me rappelle, sur le moment, avoir pensé « bon calme toi maintenant, on dirait un gosse ! ». J’avais devant moi la caverne d’Alibaba des fruits et légumes ! Mais sérieusement… J’avais devant moi des fruits et des légumes presque « trop beaux », avec de superbes tailles, des couleurs magnifiques et une odeur de fraîcheur qui baignait le tout. Je pense même ne jamais avoir vu des légumes comme des choux-fleurs, des aubergines, des asperges, des tomates ou des champignons aussi beaux ! Dans l’idée de la beauté que j’évoque ici, je pense à la taille des choux-fleurs… ils étaient énormes ! A tel point que je n’osais pas en prendre, ne sachant pas combien de jours un seul d’entre eux pourrait durer. Même chose pour les champignons, les asperges et les tomates… leurs couleurs étaient si belles et prononcées… J’étais réellement ébloui. Une fois rentré à la maison, je n’ai pas pu m’empêcher de sortir une de ces belles tomates bien rouges que j’avais achetées. Une fois lavée, un coup de couteau donné dans le cœur de celle-ci m’apporta une autre satisfaction : Une couleur de chair magnifique… Qui donnait réellement envie de la manger, et une odeur qui rendait l’invitation encore plus tentante. Au goûter… Mon cœur chavirait… Une impression que jamais, au grand jamais, même en vacances, je n’avais mangé une tomate aussi bonne et savoureuse. Pour expliquer mon impression, c’est comme si les tomates que j’avais mangées qui venaient de grande surface avait un goût dilué dans l’eau… En comparaison, ici, je mangeais un légume me donnant plus l’impression de manger un fruit. Quand on dit que la tomate est un fruit, on ne peut qu’en avoir mangé une provenant d’un tel cultivateur !

Pour conclure… Parce qu’à un moment, faudrait peut-être que je ménage mon image, la surprise et le moment de bonheur qui fut mien à cet instant, me plongeant ici un peu dans le presque ridicule… Lorsque j’ai passé les portes des paniers de Sandrine, j’avais besoin de bouger, de passer le bout du nez dehors, réponse à mon enfermement infernal ! C’était là, soyons sincère, l’occasion d’aller quelque part, un peu comme en temps normal on va dans un parc d’attraction. J’avais une idée totalement stéreotypée de ce type de marché, merci la télé qu’il vaudrait mieux parfois éteindre ! Alors ok, on est loin du supermarché ultra moderne qu’on a tendance à voir, avec de beaux rayons, bien agencés, pour nous pousser à acheter… Mais la différence est là : les supermarchés doivent nous mettre le produit en scène pour nous pousser à acheter. Ici, pas besoin de mise en scène, le produit est LA star qui ne vous pousse pas à acheter, mais qui vous donne réellement envie de consommer. Dernier point à souligner, et pas des moindres, le rapport qualité-prix est pour le moins surprenant. Mais je n’en dirai pas plus, à vous de découvrir cette belle surprise.

Et quand on sait qu’ici, non seulement on contribue à aider des gens dont le travail n’est pas des moindres, ne connaissant pas l’idée des dimanches et jours fériés, avec en prime au moment de passer en caisse, une équipe dont le sourire et la bonne humeur sont tout aussi réels que la qualité des produits qui nous ont conquis, on ne peut plus… je ne peux plus, en tout cas pour ma part, acheter mes fruits et légumes, ailleurs ! Les Paniers de Sandrine ont donc un nouveau client fidélisé ! Bravo pour ce travail… Bravo pour ce courage… bravo pour cette belle énergie !

Si vous aussi vous souhaitez découvrir cette expérience belle et gouteuse, les infos dont vous avez besoin se trouvent en bas de page !

Scylla…
Mon Panier de Sandrine !
LIENS :

LES PANIERS DE SANDRINE

Vente directe à la ferme

Les mardis et vendredis de 15h à 19h

266 rue Principale

L-5366 Münsbach

Tél : +352 691 300 901

E-mail : info@lespaniersdesandrine.lu

Website : www.lespaniersdesandrine.lu

SUIVEZ-LES

Facebook : @lespaniersdesandrine

Instagram : @les_paniers_de_sandrine

VOS COMMENTAIRES