Les yeux ouverts

Damnés du romantisme…

Lorsqu’on évoque l’idée du romantisme, un certain lexique est de mise… si l’on veut faire écho au romantisme, il faut évoquer l’idée de l’amour tout d’abord, mais aussi de la mort…. Mais qui dit amour et mort, dit aussi infini et néant. La mélancolie s’invite donc facilement dans la danse. Le décor de la scène se dessinera petit à petit dans l’ombre et la lumière, parsemée de nature profonde. La lune avoisinera le soleil, pendant que le rêve viendra se déverser dans la rêverie. Le choc amoureux viendra frapper avec passion et violence. Le désir aussi… Lorsqu’on veut évoquer l’idée du romantisme, on peut prononcer le nom de tout un tas d’émotions et de sentiments… On peut aussi écouter le nouvel album du groupe « Time, The Valuator », disponible depuis quelques heures !

La scène est belle, elle s’imagine avec facilité tellement les émotions qui la subliment ne nous sont jamais inconnues. Une pièce dans la pénombre, une silhouette est assise devant un piano et nous joue les premières notes d’une ode à la vie et à son coté éphémère. Un chandelier est allumé et laisse prédire au loin, que là où rien ne meurt jamais, le voyage va nous mener où l’amour se mêle à l’infini. La scène suivante nous amène à un portail, une grille fermée sur un jardin, celui du temps où les statues témoignent du passé, du présent et peut-être de l’avenir. Au loin, les notes résonnent pendant que l’homme entre en scène… Sa voix est douce, elle est meurtrie par la vie, par l’amour, par la mort. Elle nous chante les lignes du temps… Que rien n’est écrit à jamais et pour toujours. Elle nous explique qu’elle est partie, mais que son absence restera toujours fidèle… Elle pleure toujours un peu plus loin, tel un couteau qui s’enfonce à chaque larme un peu plus profondément. Nos âme, éperdues, se confondent alors aux fragments du temps qui passe… L’inconnu passe alors en silence derrière nous et glisse de sa présence un souffle sur notre nuque qui pénètre au plus profond de notre âme. Je me dis à l’instant que ces mots n’ont aucun sens, mais je me laisse aller, je me laisse transporter… La musique m’emporte, elle m’emmène avec elle, toute la nuit… Dans sa fièvre absolue, dans ses prières et sa douleur toujours un peu plus profonde. Sa douleur parle a la mienne, elle se mêlent l’une à l’autre pour ne plus faire qu’une… Le décor s’est comme presque figé, tout est devenu presque muet depuis la tombée de la nuit. Après tout qu’importe les rimes, qu’importe le sang qui coule ou les larmes usées par l’encre… L’homme avance, il frappe à la porte, il annonce la menace des amour mortes. La porte est entrouverte… J’entends à nouveau sa voix, elle est belle, elle m’attire. La tête ivre de maux et de mots, j’avance sans savoir où aller. Je me dis que ses baisers doivent être d’une douleur absolue, j’en mourrais presque. Et pourtant… Je bois à nos amours meurtris. La passion n’a pas d’âge, elle n’a pas non plus de nom tant il est difficile de parler de sa beauté. La violence… Qui à l’aube se mélangera à nos ébats, n’aura pour nous de lendemain que celui d’un fantôme qui se promènera.Un bruit étrange vient à me déranger, il tente de me sortir de mon sommeil… On frappe à ma porte… Qui est-ce ? J’ouvre les yeux…

Les notes ont eu raison de moi… Moi qui voulais vous parler de « How Fleeting, How fragile » le nouvel album du groupe « Time, The Valuator » disponible depuis minuit. Je me suis laissé transporté, j’ai chaviré… Vous me connaissez, le romantisme et sa douleur prononcée m’attirent. J’ai eu un réel coup de coeur pour le travail de ce groupe que je trouve juste magnifique. Et il faut l’avouer, cela fait bien longtemps qu’un groupe du genre avait été capable de m’immerger dans ses notes. C’est en effet après la sortir de leurs trois premiers singles que le groupe à rapidement gagné le coeur du public sur l’Internet. Celui-ci compte déjà plus d’un demi million de vues sur YouTube, deux millions de streams sur Spotify et des apparitions sur plusieurs des plus grosses playlists metal de la plateforme, parmi lesquelles “Metalcore” et “Kickass Metal”.

Alors si vous aussi, comme moi, vous aimez ces sonorités pop-rock, aux thèmes romantiques, vous savez maintenant quoi faire… Une perle vous attend ! Perso… L’album est téléchargé sur mon iPhone depuis minuit une… En attendant, pour les septiques, je vous laisse découvrir le clip du morceau « When I meet Death », qui a eu raison de moi dès les premières notes et qui m’a fait découvrir le groupe. Bon voyage…

Scylla PIERCE

 

LIENS :

HOW FLEETING, HOW FRAGILE
Time, the Valuator
Disponible dés aujourd’hui (03 août 2018) sur les plateformes de téléchargement légales iTunes et Spotify

Phil Bayer – Vocals

Rene Möllenbeck – Guitars/Piano

Cedric Dreyszas – Guitars

Yunus Proch – Drums

Famined Records (Worldwide) –
Long Branch Records / SPV (EU)
Management / UK Bookings : margaux@anchoragency.eu
Management / EU Bookings : mathilde@anchoragency.eu

FOLLOW HIM

Website : www.timethevaluator.net

Facebook : Time, The Valuator

Twitter : @timethevaluator

Instagram : @timethevaluator

 

VOS COMMENTAIRES