Porno chic

Esthétisme d’un conte de l’horreur…

Avez-vous déjà remarqué que les films d’épouvante les plus terrifiants sont toujours ceux mettant en scène les enfants ?Paumé dans les méandres tragiques d’un jour férié, j’ai osé mettre la pile infinie de travail, m’attendant sur mon bureau, de coté pour me plonger dans le film « Le secret des Marrowbone », sans réelle conviction. Et pourtant…

C’est un peu sceptique que j’ai décidé d’éteindre mon iPhone, dans les premières minutes du film, afin de pouvoir m’y plonger sans être distrait toutes les cinq minutes. Ce moment même où le film commençait à m’intriguer, me forçant à vérifier que celui-ci avait bien été classé dans la catégorie « Thriller-épouvante-horreur ». Moi qui rêvait de disparaitre momentanément dans un bon vieux film à faire frissonner, je me retrouvais dans un Narnia à la limite du romantisme-glauque. Et pour peine… Tous les éléments étaient rassemblés pour faire de moi la victime de mon rêve : Jack, un beau jeune homme de 20 ans, interprété par l’acteur George MacKay, décidé avec ses frères et soeurs, plus jeunes, de cacher au reste du monde la mort de leur mére, qui les élève seule, afin de ne pas être séparés. Avouons que pour le coup, ce début de scénario a tout pour plaire aux amateurs de drame. Le synopsis nous promet d’autres rebonds : « Ils se retrouvent livrés à eux-mêmes dans la ferme familiale isolée, mais bientôt, d’étranges phénomènes indiqueraient qu’une présence malveillante hante leur unique refuge… ».

Mais voilà… Très rapidement, c’est une réelle autre ambiance qui s’installe, car l’histoire, auréolée d’un profond brouillard mélancolique, place les quatre frères et soeurs dans une réalité tragique, mais au combien heureuse. Le personnage principal de celle-ci faisant tout pour tenir sa promesse et protéger le secret narrateur du conte. A tel point qu’on aurait tendance à décrocher, car la lenteur du début de film peut vite vous amener à déclarer forfait. Pourtant, certains indices laissés ça et là, à divers moments de la lecture d’une réalité fracturée vous maintiennent en vie et vous poussent à persister bien assis en face de votre écran. Les minutes passent, mais le tragique n’arrive pas… Il y a pourtant ce tourmant, personnage invisible du film, il est là, il vous intrigue et annonce peu à peu son arrivée. Et puis, le moment arrive, il est enfin là devant vous… Déception ! C’est un peu comme lire un livre ultra prévisible, vous apportant pour seule surprise le fait que vous ayez tenu assez longtemps pour le lire jusqu’à la dernière page. Là, à cet instant, je repense à ma pile de travail, regrettant presque amèrement de m’être octroyé cette pause. Quand soudain, mon espoir presqu’achevé définitivement est bousculé dans ses attentes… Le scénario offrant une surprise tellement horrible à l’histoire que le frisson s’empare réellement de vous. A tel point que mes regrets s’envolent automatiquement. A vrai dire, cela fait vraiment très longtemps qu’un film ne m’avait pas surpris à ce point. Portant presqu’une larme au coin de l’oeil sur ses dernières minutes de clôture.

Un détail aurait dû m’alerter… Sergio G. Sanchez, le réalisateur de ce film ! Son nom ne vous dit peut-être rien, mais c’est lui qui est responsable du surprenant film « L’orphelinat » (2007). Pour le coup, le jeune cinéaste passe cette fois à la réalisation de son premier film « Le secret des Marrowbone », à l’esthétique horrifique et la précision millimétrique, qui invite à une relecture intégrale vous faisant vivre chaque détail d’une nouvelle façon. La fin tragique du conte bouscule et replace chaque morceau du puzzle à sa place d’origine, pour vous faire découvrir un tableau digne d’un livre d’Allan Edgard Poe. Dans ce film qui vous parlera par moment d’un fantôme, vous vous dites que ceux-ci n’existent pas… Jusqu’à ce que la musique s’arrête et vous glace le sang.

Un film à voir, sans plus attendre, si vous ne l’avez pas encore découvert !

Scylla PIERCE

LIENS :

LE SECRET DES MARROWBONE
Film espagnol de Sergio G. Sánchez

Genres : Thriller, Epouvante-horreur
Date de sortie : 7 mars 2018
Durée : 1h 51min
Avec : Anya Taylor-Joy, George MacKay, Mia Goth, Charlie Heaton, Kyle Soller…

Interdit aux moins de 12 ans

VOS COMMENTAIRES