Jusque là tout va...

Faits d’hiver et traditions…

Attachés ou non aux traditions des fêtes de fin d’année, force est de constater qu’un subtile changement s’opère depuis quelques années. Les marchés de Noël deviennent des « Plaisirs d’hiver », les bûches de Noël deviennent des “Bûches de fêtes” et dernièrement, Solidaris (une mutualité belge) supprimait la croix de la mitre de Saint-Nicolas… Face à ce changement, moi qui ne suis pas consommateur de religion, je me questionne et je doute ! Réelle motivation de répondre à tout un chacun sans n’exclure personne ou réelle volonté de « plaire » pour se rapprocher commercialement de certaines communautés ?

C’était le gros scandale belge, fin novembre 2017 (oui, « encore un » vous me direz !) la mutualité socialiste belge répondant au nom de « Solidaris » lançait un concours de coloriage représentant une image de « Saint-Nicolas » (Un Saint fêté le 06 décembre, par les enfant en Belgique et ses environs). Jusque là, tout va bien… Sauf qu’en y regardant de plus prés, on découvrait que le Saint en question avait perdu la croix qu’il portait sur sa mitre (son chapeau pour ceux qui n’auraient pas compris). Alors, jusque là, on aurait pu penser à un simple oubli, ce qui en soi n’aurait pas réellement été un drame. C’était sans compter sur la communication maladroite de Solidaris qui s’en est très vite justifiée «  …notre but est de n’exclure aucun enfant ». C’est à ce moment là que cette voix sourde et terrifiante prend vie dans ma tête et me rappelle que parfois le silence est préférable au fait de dire une ânerie !!! Bien-sûr, il fallait s’en douter, réseaux sociaux et médias poubelle oblige, s’en est suivi une véritable guerre « facebookienne » largement relatée par la presse. Les premiers stigmatisés : Solidaris (Bah ouais, tôt ou tard, quand tu t’exprimes comme un babouin, faut te douter qu’on te donne des bananes à bouffer), mais aussi la communauté musulmane !

Sans langue de bois (vous apprendrez à me connaître), j’avais envie de partager ici ce que m’a évoqué ce débat. Et je vous avoue que je suis perplexe, je me questionne… Car s’il faut savoir que je ne suis issus d’aucune religion (Mes parents avaient fait le choix de me le laisser lorsque je fut en âge de…), que je déteste le comportement de celles-ci lorsqu’elles tentent de nous imposer leurs lois dans la rue, en bon européen que je suis, c’est attaché à mes traditions que je vois tout cela d’un oeil particulièrement méfiant. La période des fêtes de fin d’année, c’est une période que j’aime particulièrement : la déco, les lumières, les cadeaux, la chaleur du feu de bois, l’ambiance ou ce qui y ressemble aujourd’hui… Tout cela m’évoque mon enfance, et les souvenirs de moments « heureux, faits d’insouciance ». Je me souviens de ces instants réellement magiques où ma mère descendait le sapin et les caisses de déco, poussiéreuses au possible, du grenier… Et qu’est-ce que j’aimais cette odeur de poussière, pour tout les bons souvenirs dont elle était synonyme ! De ce fait, il y a quelques années, lorsque j’ai découvert le troc de nom du Marché de Noël en « Plaisirs d’hiver », je n’ai pas compris. On n’est pas non plus sans oublier le scandale d’il y a quelques années lorsque le sapin de Noël géant de la grand-place de Bruxelles a été échangé contre une sculpture évoquant légèrement une sorte de sapin (en tout cas, promis, je vivais à l’époque à Bruxelles, après quelques vins chauds, on voyait le sapin représenté). Dernièrement, c’est certaines enseignes de la grande distribution qui troquaient les « Bûches de Noël » contre des « Bûches de fête » (personnellement j’en suis moins fan, surtout avec cette crème au beurre hyper grasse qui vous donne l’impression de bouffer du beurre… Bref !). A en lire certains commentaires à l’époque, la presse s’etant fait un malin plaisir d’exploiter le sujet à sa sauce, la masse assimilait ce changement à une volonté de ne pas choquer les personnes n’étant pas issus de la religion chrétienne… Autrement dit « la communauté musulmane » (on y arrive !). Dans le cas qui nous concerne aujourd’hui, cette communauté est toujours visée comme la « grande méchante communauté » qui veut imposer sa loi et changer les nôtres. Sauf qu’à mieux y regarder, notre ami à tous « Facebook » et ses grand déballages de fausses vérités, abordaient des commentaires de musulmans qui exprimaient leur désarroi quant à un changement qu’ils n’avaient pas demandés, je cite Mohamed (quoi ? Vous vous attendiez à ce qu’il s’appelle « Jean-Louis » ?!?) : « je vis en Belgique, je suis intégré à sa culture et je fête la Noël chez des voisins, même si je suis musulman ». Mais alors, si Mohamed et ses amis acceptent le fait que les bûches, les marchés, le vin chaud, les ivrognes du quartier et la mitre de Saint-Nicolas soient « …de Noël », pourquoi ce, « ces », changements ?!? WTF ???

Ne devrait-ont pas, au final, voir en ces changements, une volonté politico-electio-commerciale bien à la belge ? Puisqu’on le sait, la Belgique a été pendant un bon (qui a dit « trop long ») moment aux mains du Parti Socialiste, parti qui a pris pour habitude d’aller racoler dans les communautés minoritaires, histoire de faire « plus de voix » lors des élections. Solidaris étant une « mutualité socialiste », cela donne plutôt écho au truc ! et puis ne faut-il pas aussi rappeler que les grandes enseignes commerciales sont assez ferventes du racolages de communautés : les rayons Hallal ont poussés, ces dernières années, comme les actions d’Halloween et de Black Friday. Les communautés ne demandent pas, mais on leur sert tout de même, histoire de leur plaire et de grossir les parts de marché qui appartenait jusque là aux « petits commerçants » de certains quartier « getthoisés ». Tiens, tiens… Comme cela nous rappelle un certain comportement ayant pour but « d’avaler » les plus petits (« avaler » étant sur l’instant où j’écris cet article plus plaisant qu’écraser, sorry…).

Alors au final… Si l’acte en lui-même devait avoir (on reste au conditionnel) pour but de mettre à égal tout un chacun, y compris les communautés minoritaires, le geste se voudrait « beau », dans une notion de partage, d’égalité et tout le tralala de larmes qui vont sans doute avec, pourquoi pas ? Mais dans ce cas, doit-on aussi s’attendre à ce que les cloches de Pâques deviennent des « Scintillement de printemps » ? Verra-t-on les rois mages ne plus trouver plus leur chemin et surtout, le Pére Noël, prochaine victime sur la route du serial-killer de la période devra-t-il bientôt s’appeler « Monsieur Hiver » ? Personnellement, je ne connais pas aux fêtes de fin d’année leur connotation religieuse… Et si c’était le cas, je la refuserait. Mais j’avoue que je ressens, dans ma mélancolie, une sortie d’atteinte à des valeurs qui sont miennes depuis mon enfance. Encore une fois pas pour leur symbole « sectaire » mais pour toute la symbolique sentimentale qui les accompagne. Aprés, je sais ce qu’on me répondra “la Noël, c’est devenu comme la Saint-Valentin et Halloween, c’est juste un prétexte pour claquer de la tunes”… Ou plutôt nous en faire dépenser ». Oui, c’est sûr… Mais pour moi, cette période restera avant tout un moment de partage avec mes proches, une occasion de faire plaisir et d’accepter en retour. Peut-être est-ce mon coté « rêveur » qui s’exprime, mais c’est et cela restera comme cela.

Scylla PIERCE

VOS COMMENTAIRES