Synonyme de découverte

Kill me, I love You…

L’âme est tordue… Et si on nous conte souvent que l’amour est souffrance, la série « You » peut effectivement en confirmer l’essence. L’amour, la mort se mêlent ici pour nous conter une histoire d’amour pas comme les autres, où l’autre peut aimer veiller jusqu’à la sépulture. Un amour passionné… Une passion qui peut, dans sa splendeur, conduire au meurtre plus qu’aux blessures. Après avoir littéralement dévoré la première saison, j’ai eu envie de vous partager mon avis sur celle-ci.

Deux corps étendus là… L’un contre l’autre, stoïques, sans l’ombre d’un bruit, plus aucun tourment. L’acte est-il terminé ? Où est-ce la la fin  d’un conte qui, meurtri au plus profond de sa trame, a le besoin de s’exprimer de façon inattendue jusque dans sa fin ? Si Netflix a su se donner l’habitude de proposer tout un tas de séries, pas toujours très originales et de qualité, c’est sans doute aussi dans sa longue liste de romances à l’eau de rose, cucul la praline, des comédies insipides, où se promènent vampires, loup garous et autres « moldus », tendance et période de Noël oblige. Pourtant, ici, l’histoire glamour ne ressemble pas tout à fait à toutes les autres. Une rencontre, certainement pas due au hasard… Donne naissance à une romance étrange, malsaine, liée d’humanité et d’obsessions. Une simple rencontre, qui nous fera basculer, ainsi que son actrice principale, dans la folie et le cauchemar. Et se lever l’aube sur un lendemain incertain.

Dans le tumulte de l’intrigue, on se questionne, on s’interroge… L’amour est-il réellement « à tout prix » ? Peut-il, doit-il oser tout cautionner ? Même pour le bien de l’histoire ? Et finalement, où doit s’arrêter l’acte d’aimer ? Quitte à nous faire mal. Joe, un anonyme perdu dans l’ombre rencontre Beck, une fille un peu paumée et en tombe amoureux. A partir de là, plus rien ne se déroulera comme prévu… Bousculant le destin à gros coups de violences et d’amour. Alors, oui, il y aura des invraisemblances… Des moments où l’histoire, dans l’idée qu’on la torture et qu’on se perd à aimer la torturer, proposera des moments « tirés par les cheveux » et pas que… Mais n’est-ce pas là que réside tout l’intérêt de ce genre de conte ? Car dans l’idée d’une psychanalyse tordue, autant se délecter à faire mal. A parfois ne plus comprendre pourquoi on aime avoir du sang sur les mains.

« You » n’est pas une série d’horreur… Elle n’est pas non plus une romance bien sageounette qui vous permettra de mieux vous endormir le soir, devant votre écran. Il s’agit d’une histoire d’amour inattendue remplie d’effrois, d’une histoire psychologiquement humaine, d’un thriller super captivant, où l’intrigue aura directement raison de vous. Mais le plus profond dans cette série n’est-il pas la possible réalité de la chose ? En effet, l’idée du meurtre passionné, passionnel n’est-il pas finalement assez récurant de nos faits divers ? Ici, l’hiver qui nous est conté nous explique finalement la réalité d’une histoire qu’on nous conte souvent comme « impossible à comprendre tant qu’on ne l’a pas vécue ». Et si vous la viviez finalement ?
Bon visionnage…

Scylla PIERCE

LIENS :

YOU

Genre : Thriller

Création : Greg Berlanti et Sera Gamble (développement) d’après les romans de Caroline Kepnes

Production : Berlanti – Productions Alloy Entertainment A&E Studios Warner Horizon Television

Acteurs principaux : Penn Badgley, Elizabeth Lail, Zach Cherry, Luca Padovan… etc. 

Musique : Blake Neely

Pays d’origine : États-Unis États-Unis

Chaîne d’origine : Lifetime (saison 1) – Netflix (saison 2)

Nb. de saisons : 2

Nb. d’épisodes : 20

Durée : 42-50 minutes

Diff. originale : 9 septembre 2018

VOS COMMENTAIRES