Coup de chaleur

L’anneau qui va changer votre vie sexuelle…

Le cockring, ou anneau pénien serait-il le meilleur ami de l’homme ? Si chacun trouvera écho à sa propre réponse, il est indéniable que les adeptes ne pourront nier que l’accessoire peut se révéler d’une aide précieuse lorsqu’il s’agit de faire durer le plaisir ou de rendre l’entrain d’une érection. 

Bien que la question puisse se révéler tabou, l’homme n’est nullement parfait et encore moins une machine sans failles. Parmi les imperfections qui sont les nôtres, les troubles de l’érection peuvent pointer de temps à autre le bout de leur malice, faisant suite à une période de stress trop intense, une excitation non-contrôlée ou un(e) partenaire qui nous impressionne trop. Et puis parfois, sans tremper dans un trouble quelconque, il ne faut pas spécialement connaître le problème pour trouver en l’usage du cockring une solution dopant réellement le plaisir de l’homme… Mais aussi de sa partenaire ! Parce que voilà, l’ère du « vite fait, bien fait » ne donne clairement plus le La à nos relations sexuelles, qu’elles soient d’une nuit ou d’une vie. En 2020, l’acte sexuel est synonyme de plaisir partagé et doit pouvoir  amener le plaisir aux deux acteurs de la relation… Ou plus si affinité ! L’homme étant, en son plus profond intérieur, un grand sensible, celui-ci a parfois du mal à retenir sa jouissance, l’excitation étant parfois trop forte. Parallèlement à cela, on sait l’orgasme chez la femme beaucoup moins enclin à se pointer à une vitesse grand V. L’excitation chez celle-ci peut ne pas être aussi rapide que chez nous, ou au contraire, peut se révéler aussi intense qu’elle puisse avoir envie de le prolonger à l’infini. C’est peut-être d’ailleurs pour cela que l’anneau pénien aussi connu sous le nom de « cocking » existe depuis des siècles.

Si l’on veut parler du temps et y rechercher les premières traces de l’objet sulfureux de cet article, c’est vers le XVII siècle et le savoir faire astatique que les premiers anneaux trouvent leur rôle. A l’époque, ceux-ci étaient fabriqués en paupière de chèvres (le truc beaucoup moins glamour pour le coup, limite glauque), celles-ci étant attachées autour du pénis en érection. La pratique semblant plutôt réservée à un public des plus fortunés, ceux-ci étaient fabriqués pour permettre à ces messieurs de faire durer leurs érections bien dures malgré la fatigue, puisqu’à l’époque il était coutume d’avoir plusieurs femmes, des amants et maitresses. D’ailleurs, les anneaux les plus « réussis » étaient ceux où il avait été possible de préserver les cils des paupières, ces derniers venant agrémenter le plaisir masculin. Un siècle plus tard, de nouveaux matériaux comme l’ivoire viennent rendre l’objet plus accessible et plus proche des anneaux de notre époque, les échanges commerciaux entre l’Europe et l’Asie amenant le cockring sur notre continent. Heureusement pour nous, l’invention du caoutchouc viendra stopper les pratiques barbares sur les animaux et mettra définitivement un terme aux  allergies et autres irritations dues à l’utilisation de l’anneau sexuel.

Alors vous me direz : « Cela n’explique pas pourquoi l’utilisation du cockring est un plus ! ». Si dans les années 70 et l’explosion sexuelle l’objet se portait (aussi) autour du poignet ou en pendentif, en signe de révolte contre toute oppression sexuelle, de nos jours l’industrie sexuelle propose autant de modèles améliorés qu’on peut l’imaginer… Au même titre qu’il existe tout un tas de dérivés au niveau des matériaux utilisés : le silicone, le nylon, le cuir, le néoprène… Et finalement quel que soit le matériau utilisé, celui-ci est pensé « simple, efficace et facile à utiliser ». Il suffit, lorsque le partenaire est en érection, d’encercler la hampe à la base, en général en incluant les testicules (cela varie selon les modèles). Le sang qui afflue pendant l’érection est bloqué et prolonge ainsi cette dernière. Le principe est le même que pour des érections  naturelles, mais le corps spongieux, qui absorbe naturellement ce sang et le maintient en place, bénéficie de l’aide extérieure de l’anneau, or plus le sang abonde, plus le pénis est dur. Pour les non-initiés, il est clairement recommandé de bien choisir son premier cockring et la taille de celui-ci, l’objet mal utilisé pouvant faire plus de tort que de bien pendant l’acte. Favorisez donc les conseils d’un professionnel dans un sex-shop, par exemple. Pour le sud du Luxembourg, la boutique Blue Vision de Messancy, offre un service et des produits de qualité (voir infos en bas de page). Et que les plus timides d’entre vous se rassurent, ces gens ont plutôt l’habitude de ce genre de questions, voir même bien pire.

Au final, que se soit en guise de solution à un petit souci momentané ou plus installé, ou simplement pour se faire plaisir au pluriel ou au singulier, il n’y a que de bonnes raisons d’avoir recours à l’anneau Pénien. Sachez que le modèle simple a aussi donné libre court à l’imagination permettant de développer des dérivés qui peuvent doper le plaisir de l’homme qui le porte, mais aussi de son ou sa partenaire. Les vibrations ajoutées sur le clitoris suffisent à elles seules à en justifier l’usage, puisque qu’une majorité de femmes a besoin de cette stimulation pour arriver à l’orgasme. On ne peut donc que vous conseiller de tester l’objet dans vos jeux sexuels.

Amusez-vous bien !

Scylla…
LIENS :

BLUE VISION MESSANCY

102c rue de la Vallée

B-6780 Messancy

Tél : +32 63 21 81 51

Website : www.bluevision-online.com

Horaires

Lundi : 10-22h

Mardi : 10-22h

Mercredi : 10-22h

Jeudi : 10-22h

Vendredi : 10-00h

Samedi : 10-00h

Dimanche : 15-22h

SUIVEZ-LES

Facebook : @BlueVisionMessancy

Instagram : @megastorebluevision

 

VOS COMMENTAIRES