Faut qu'ça bouge

Lumières crues sur collisions charnelles…

Il y a dans le comportement humain quelque chose de profondément absurde tant il se fait paradoxe. Et cela, Laurent Hatat, se plaît à l’observer, tournant le cube dans tous les sens, histoire d’en extraire l’essence la plus brutale. Avec sa compagnie Anima Motrix il aime questionner l’altérité, les rapports de domination sociale et la violence qui en découle… Mais la violence n’est-elle pas aussi de la passion à l’état brut ? Laurent Hatat sera ces 05 et 06 mars au Escher Theater, avec « Histoire de la violence ».

L’histoire, dans son commencement, pourrait sembler presque banale, voire romanesque… Rentrant d’un repas de Noël, à Paris, Edouard est interpellé par Reda, fils d’immigré algérien. Ils passeront la nuit ensemble, auront un rapport sexuel durant une nuit qui ne ressemblera pas aux autres, puisque celle-ci bousculera dans le drame et le viol. La victime portera ensuite plainte et tentera de continuer sa vie… Jusqu’à ce qu’une année passe et l’amène à se confier à sa soeur Clara. Celle-ci racontera ensuite l’histoire à son mari, pendant qu’Edouard, caché dans l’obscurité écoutera celle-ci étaler les faits. Une obsession troublante et réelle.

«Mon histoire est à la fois ce à quoi je tiens le plus et ce qui me paraît le plus étranger » – Edouard Louis

« Histoire de la violence » est un livre, une auto-fiction bouleversante d’Edouard Louis, dont Laurent Hatat et Emma Gustafsson se font ici les interprètes. Ecrivain et transfuge social, l’auteur raconte sa vie, son histoire, son viol lors d’une nuit qui bousculera son horizon. Les comédiens et metteurs en scène s’emparent donc de ce conte pour en faire une réalité à l’image du récit : quelque chose d’impudique , sans concession, ni langue de bois, avec pour seul horizon un plateau vide, habillé d’une lumière brute et violente. 

Des pages du récit, au jeu des comédiens, l’essence même du texte prend des allures de sublimation des maux, avec une force emprunte des mouvements de corps pour seule témoins d’une histoire troublante. Une pièce à voir absolument, ces 05 et 06 mars 2020 au Escher Theater de Esch-sur-Alzette. 

Retrouvez toutes les infos et liens pour pouvoir réserver vos places en bas de page de cet article.

Bon spectacle

Scylla…
LIENS :

HISTOIRE DE LA VIOLENCE

Escher Theater

Jeudi 05 mars 2020- 20:00

Vendredi 06 mars 2020 – 20:00

120 Rue de l’Alzette

L-4010 Esch-sur-Alzette

Tarifs : de 8€ à 20€

Website : www.theatre.esch.lu

Tél :  +352 2754 -5010 ou -5020

E-mail : reservation.theatre@villeesch.lu

Durée : 90 Minutes

Langue : Français

lieu : Grande salle

Création : Janvier 2020

Adaptation, conception : Laurent Hatat et Emma Gustafsson

Création lumière : Anna Sauvage

Création sonore : Fabrice Tison

Avec : Louis Arène, Samir M’Kirech et Julie Moulier.

Production : Anima Motrix

Coproduction : Château-Rouge – Scène conventionnée d’Annemasse; Le Phénix – Scène nationale de Valenciennes; Escher Theater

Coréalisation : Le Trident – Scène nationale de Cherbourg; La Ferme du Buisson – Scène nationale de Marne-la-Vallée; La Comédie de Béthune- CDN Hauts‐de‐France

Soutien : CNES / La Chartreuse de Villeneuve-Lès-Avignon ; Le Théâtre du Nord ; La Maison Folie de Wazemme

Crédit photos : Victor Guillemot

 

 

VOS COMMENTAIRES