Gravé dans la chair

Pnuk is not dead…

Du mouvement punk, il n’aura finalement gardé que le coté « Grand ado », le look un peu rebelle et l’esprit n’hésitant pas un seul instant à aller à contre-courant. Son courant à lui ? L’anti-confirmisme… Parce que l’artiste s’éclate, il crée, il s’amuse. Son art ? Le tatouage, mais pas celui que l’on croise aux côtés de la tendance. Son style à lui, est à l’image du personnage : totalement indéfinissable. Et c’est bien pour ça qu’on l’aime…

Otiss de son nom d’emprunt, vous l’avez découvert lors des deux premières éditions de la Graphic Tattoo Convention… Une fois passé le look d’ado sortant tout droit d’un baptême estudiantin, sous ses airs faussement rebelle, c’est un artiste de grand talent qui se cache. Un artiste à la griffe unique, porteuse de messages, de codes, de symboles. Sa force ? Des lignes, de la couleur, des mots. Parce que son talent se développe sous différents degrés. Un tatouage d’Otiss c’est avant tout le second degré des jeux de mots. Des symboles, de l’humour, des maux qu’il déforme pour les modeler à ce qu’il veut véhiculer… Quelque chose d’unique.

Lorsqu’on lui demande de définir son style, la réponse reste aussi énigmatique que l’artiste, non sans la touche d’humour parfois sarcastique qu’on lui connaît : « Quand on me pose cette question, j’ai toujours un peu de mal à répondre. Je suis souvent catalogué dans la catégorie « graphique », mais il m’arrive de réaliser des choses un peu plus « réalistes ». J’insiste sur les guillemets. Et puis parfois c’est assez minimaliste . Je peux réaliser un portrait de Britney spears et le lendemain tatouer une paire de fesses avec une coupe mulet ». Car comme beaucoup d’artistes tatoueurs se démarquant (non sans brio) de la marge, Otiss a eu « plusieurs vies ». Après des études en graphisme, le belge veut s’orienter vers un autre secteur et intégrer les Beaux-arts, commençant à griffonner sur la peau de ses proches, mais avec une volonté de faire les choses « correctement ». Il apprend donc et dessine… Pour ensuite, un an et demi plus tard, faire le tour des studios, armé de son book et de toute la patience qu’on connaît à la démarche. Au final, il intègre un studio namurois pour, trois ans plus tard, rejoindre l’équipe du studio Atome22, à Bruxelles. Gageons que le hasard n’existant pas et ce studio particulièrement connu pour le talent des artistes qu’il abrite, sa place y est plus que justifiée.

« Lorsque les gens regardent et feuillettent mon book, ils rigolent beaucoup et me disent qu’il aiment bien, mais pas forcément encré sur eux… Faut juste oser sauter le pas finalement ! » 

A l’image d’autres tatoueurs à la griffe unique, Otiss compose avant de marquer la peau de ses clients… Et c’est en effet là que les choses deviennent réellement intéressantes. Car de son parcours, il a su garder l’influence qui rayonne dans son style. Et lorsqu’on parle d’influence, on ne peut absolument pas nier celle d’artistes tels que Jef Palumbo et ses fabuleux collages. De sa première vie de « graphiste » il a en effet gardé les compositions en collage, auquel il a ajouté le pouvoir des mots, donnant un relief complètement différent aux nuances… Un côté presque inattendu ! Il déforme les mots, l’humour, les phrases pour ensuite se les approprier et sortir ainsi de la marge. C’est ainsi que les classiques et tendancieuses roses, se composent par lot de six et former une seule « Cirrhose ». La fameuse expression « cul-sec » se transforme en postérieur bien à l’abri de la pluie sous son parapluie. Et le très célèbre « Moby dick » en une baleine finalement bien plus sexuée que de nature ! Et lorsque je m’intéresse à ses thèmes de prédilection, Otiss reste fidèle à lui-même : « Les animaux, Les blagues… Je ne sais pas si c’est un thème…  Mais en général tout ce que j’aime et qui me passionne : la musique, le cinéma, les serial killer.  Mais je suis ouvert aux thèmes proposés par les clients également, tant qu’ils restent corrects ! ».

On sait que la Belgique regorge de talents uniques et dévastateurs, à l’image de son coté « surréaliste » dans l’art… Otiss en est finalement le parfait reflet, avec son petit côté décalé et les limites qu’ils n’hésite pas à enfreindre avec provocation et talent. Un côté complètement opposé à ce que l’ont sait de la démarche qui accompagne le tatouage « tendance », qui se contente de reproduire encore et encore ce qui se fait partout. L’artiste subjugue la marque, il la nargue avec humour et profanation et ça lui va bien. A travers cela, il y a un côté « petit génie » que j’apprécie énormément et que j’ai envie d’applaudir !!! 

Scylla…
LIENS :

OTISS

SUIVEZ-LE

Instagram : @otisstatoueurenserie

Facebook : @Otiss

ATOME 22

22 rue Dejoncker

1060 Bruxelles

Belgique

Website : www.atome22.business.site

E-mail : atome22.contact@gmail.com

Tél : +32 2 850 04 28

SUIVEZ-LES

Instagram : @atome22_tattoo_piercing

Facebook : @Atome 22

VOS COMMENTAIRES