Jusque là tout va...

True story… True business ?

Depuis quelques jours, si vous êtes un minimum actif sur les réseaux sociaux, vous n’aurez pu passer à côté de la nouvelle curiosité « Vero », une « nouvelle » application diffusée en masse. Si « Vero » traduit du latin signifie « vérité », pas sûr qu’on nous dise tout sur un buzz peut-être plus éphémère que prévu !


« Un réseau social de plus… », comme beaucoup d’entre vous j’ai été relativement septique le week-end dernier, lorsque j’ai découvert le véritable buzz réalisé par ce qu’on appelait le « lancement d’une nouvelle appli ». Les insatisfaits de Facebook, et on les sait toujours plus nombreux, se voyaient déjà propulsés dans un univers tout rose et tout mignon, tant les promesses du média semblent intéressantes. En effet, à la grosse différence des Facebook, Instagram, Twitter and co, Vero ne dispose d’aucun algorithme, décidant à votre place ce que votre fil d’actualité va vous proposer de voir. Et une fois vos contacts ajoutés, l’application vous demande de choisir entre « Ami proche », « Ami » ou « Connaissance ». Une quatrième catégorie existe pour les personnes vous suivant, mais n’étant pas en contact avec vous. Une fois vos publications prêtes à être postées, qu’il s’agisse de photos, de liens, d’un texte ou d’autres partages, on vous demandera quelles sont les catégories qui peuvent avoir accès à cela… Bon, ça c’est aussi possible via Facebook vous me direz ! N’empêche que la liberté offerte par l’absence d’algorithme peut être particulièrement intéressante, avouons-le, surtout pour les artistes et autres structures commerciales. Facebook ayant décidé de modifier les algorithmes de ses pages, dernièrement, si vous n’investissez pas un minimum d’argent dans la publicité sur ce média social, il est fort à parier que vous perdiez pas mal de visibilité depuis ! D’où les heureux satisfaits de voir une nouvelle application voir le jour, sous ces conditions. Mais n’est-ce pas là un simple leurre ?

A mieux s’y renseigner, on découvre assez facilement que cette « nouvelle application » a tout de même presque trois ans, puisqu’elle a été lancée dans le courant 2015. Alors, après avoir passé plus de deux ans dans l’ombre de l’indifférence la plus totale, que fait ce buzz depuis quelques jours ? La réponse est simple, une croissance de recherche sur le moteur de recherche Google de 300% en février 2018, croissance due aux annonces massives d’influencers dans le sillage du chanteur Christian Collins, dont le tableau de chasse affiche trois millions six de followers sur Instagram. Celui-ci aurait par ailleurs annoncé que la diffusion de son prochain titre se ferait en exclu sur Vero… On se demande combien il aura touché pour cette jolie promo qui aura été un subtil coup marketing pour la marque !Mais ce n’est pas tout…

Si les utilisateurs seront, pour la plupart, séduits par le design ultra moderne et propre de Vero, une fois enregistré sur Vero, vous remarquerez assez vite que les paramètres de configuration disposent d’une catégorie « Commandes » où il vous est possible d’encoder vos « informations de paiement ». Si en effet la publicité payante n’est pas prévue sur le média, c’est tout simplement parce que ses concepteurs misent sur une inscription « payante ». Là où beaucoup d’autres s’y sont déjà cassé les dents, avouons qu’on pensera que l’avenir si prometteur de l’app semble finalement plus que compromis. Du coup, nouvelle stratégie commerciale : annoncer que le premier million d’inscrits disposeraient d’un accès gratuit à vie à l’application. Mais ensuite ? Un million d’abonnés (gratuits), c’est tout de même peu, pour un réseau social qui, à la vue du buzz de ce week-end, sera très vite payant ! Rien ne semble officiellement annoncé au niveau des tarifs qui seront pratiqués… Néanmoins la chaine américaine CNBC évoque le prix de « quelques cafés ».

Mais un accès payant est-il « la » solution ? Les avis sont plutôt mitigés à ce sujet. Côté arguments les « Pour » nous parlent d’une barrière de « qualité », faisant le tri entre les gens qui postent n’importe quoi, qui choisiront donc de ne pas payer… et les autres. Mais un média social trop sérieux à la façon « Linkedln » ne serait pas d’un ennui presque mortel ? Avouons que le sérieux presque trop sérieux de ce média social orienté « professionnel » laisse souvent plus qu’à désirer. De l’autre coté, les « Contre » évoquent l’idée d’un média social trop peu riche de connaissances qui ferait qu’une fois inscrits, les nouveaux membres ne trouveraient pas assez de leurs proches, ce qui limiterait considérablement l’envie d’y être actif… Et donc de payer pour rien !

S’il semble plus qu’évident que Facebook est déserté par de plus en plus de monde, l’avenir de Vero semble finalement aujourd’hui plus qu’incertain. Comme à son habitude, c’est le temps qui nous dira si ce média s’imposera comme il a percé ou s’il finira dans l’oubli total. Dans tous les cas, il semble par contre plus que flagrant que le grand public est aujourd’hui demandeur d’une application qui tienne la route et qui ne les prive pas de leur liberté… Le marché est donc ouvert aux propositions ! Affaire à suivre…

Scylla Pierce

 

LIENS :

Site officiel : www.vero.co

VOS COMMENTAIRES