Coup d'œil

Un échos dans la Dégénération…

Au beau milieu d’un chaos infernal, les plaies sont multiples… Et dans un monde qui tourne à l’envers, ce sont les mots qu’on prête aux maux, pour graver quelque chose à l’encre de ses veines, ou juste crier d’un ton monocorde un message emprunt de ce quelque chose qui frappe aussi fort que les battements de nos cœurs. Au beau milieu du travers, un monde qui saigne à l’envers, une génération dont l’état profondément s’altère…

Pour celles et ceux qui me suivent, vous savez que j’ai besoin de m’exprimer… De dire ou d’écrire les choses, sans rien cacher, sans jamais jouer et surtout avec une nécessité parfois vitale. A travers mes différents concepts, j’ai toujours su combler une partie de ces besoins devenus omnivores avec le temps. Si avec #thestormiscoming j’ai trouvé une réponse dans ce besoin  de trouver les mots pour ensuite les replacer tel un tableau qui traduirait mes émotions, Je compose petit à petit dans ce quelque chose qui s’installe et qui dure, avec certains codes nécessaires au monde médiatique. #thestormiscoming c’était, c’est, mêler l’idée aux mots et aux images. Toutefois, j’aime jouer, jongler, faire vibrer les mots… Lorsqu’on est amoureux de ceux-ci, c’est une toute autre dimension qui s’éprend de chaque composition de lettres, de symboles, de syntaxes. Ainsi, chaque mot qui compose cette superbe langue qu’est le français, résonne tel un écho, prenant une forme ou un sens différent à chaque fois qu’il rebondit sur quelque chose…  Me donnant l’envie de leur donner une autre vie, à travers des formes parfois cosmiques.

Si je devais trouver « le » moment où cette rencontre avec les mots s’est faite tellement bouleversante qu’ils ne m’ont plus jamais abandonné, je remonterais à la période de l’adolescence et cette rencontre que je fais avec une artiste qui n’a plus quitté ma vie depuis. Au de la d’une mélodie, de mots habillement placés sur des notes pour évoquer l’idée de la résonance, je me perdrais ensuite dans les maux, a travers la lecture de l’entre-ligne et cet écho incommensurable que j’y trouvais. C’était là la parfaite traduction de ce qui vivait ou vibrait tout au fond de moi, sans pour autant pouvoir trouver moi-même les mots. Et je crois que c’est à cet instant que tout un monde de perspectives différentes s’est offert à moi, gravant peu à peu, chaque trait de ma personnalité, tantôt faite de forces, tantôt faite de faiblesses… Je suis paumé… Je suis tumultes… Je suis paradoxes… Je suis provocations… Je suis indifférences… Je suis tout un tas d’autres choses… Je suis moi ! Et les mots ont une place essentielle dans ma vie. Si je les ai délaissés durant quelque années, histoire sans doute de me fondre dans le néant, tel un phœnix mort, qui aurait perdu sa route, aurait besoin de mourir avant de renaître, depuis que nous nous sommes rejoints, je ne cesse de vibrer de l’intérieur.

Filipe Ramos, l’influenceur français, a été le premier à porter la marque naissante…

C’est là que naît une tout autre chose… Une nouvelle envie, un nouveau « mode d’expression », différent des autres et correspondant sans doute à une autre forme de réponse à ce besoin boulimique de m’exprimer qui bouillonne dans les veines. S’il est des messages qu’il faut faire passer, que j’ai envie de faire passer, c‘est aux yeux du monde de la rue cette fois que j’ai envie de m’attaquer. Un baiser qu’on lui dépose sur les lèvres, à la vue de tous, histoire de graver quelque chose qui évoquera… Et pourquoi pas une ligne de vêtements ? Après tout, s’il faut s’habiller… Bien que parfois l’idée de vivre nu pourrait m’évoquer d’autres parenthèses, autant choisir de le faire avec notre propre reflet. C’est à cet instant que nait presque dans l’instantané, l’idée de Degeneration. Mes autres supports de communication  devant être fun, sympa et droits, c’était là la possibilité de frapper, de choquer, de titiller, d’interpeller ou de provoquer une réaction. A la vue d’un tableau de maître, on peut sourire, on peut pleurer, on peut crier, on peut cracher, mais on ne peut pas rester indifférent. C’est cette émotion qui me plaît dans l’envie de Degeneration.

Une ligne de vêtements, en commençant par le haut, histoire de bien faire les choses. Un monde de perspectives sans limite, sans justification… Juste l’envie de provoquer l’émoi dans l’éphémère. Des mots simples, des symboles du monde, des typos esthétiques dans ce qui régit notre monde. Chaque design de Degeneration se fera rare, en édition très très limitée puisque limitée à 50 ou 100 exemplaires. Une fois les mots épuisés, next… On passe aux maux suivants. Et puis du blanc… Une toute première collection toute blanche, empreinte de pureté, un joli pied de nez ou un gros fuck que je fais au monde, histoire de lui rappeler qu’il ne tourne plus souvent comme il devrait. Tellement mal parfois que le lancement de ce tout nouveau concept ne se fait pas sans heurts… Il a d’abord fallu faire avec un fournisseur pas très regardant à la qualité…Et une collection qu’il aura fallu renvoyer, dans son intégralité, les défauts se faisant le parfait reflet d’une incompétence sans nom. Ensuite, vient 2020… Année du chaos, que tout le monde voudrait vite voir s’évaporer. Le lancement était d’abord prévu sur l’événement « Springbreak »… reporté. Qu’à cela ne tienne, nous profiterons de l’édition de cette année, en mai, de la Tattoo Convention… reportée. Ok, en parlant de report jouons sur celui de cet été, début juillet ? Reporté. J’ose avouer que parfois je me dis que lorsque ça ne veut pas, ça ne veut pas !!! Pourtant ici, l’idée de l’acharnement s’impose en moi comme une évidence. Peut-être n’est-il pas là l’instant, mais est-il ailleurs. C’est là qu’arrive le Street Market 2020 et ses perspectives de ressortir de l’ombre dans laquelle nous nous sommes beaucoup trop longtemps enfermés. La collection verra donc le jour et sortira de son ombre pour la première fois ce week-end…

On se retrouve donc sur ce joli événement pour découvrir ce que je ne dévoilerai pas plus ici ! Mystère oblige…

Scylla…
LIENS :

DEGENERATION

Facebook : @dgnrtlxb

Instagram : @gdnrt_luxembourg

THE BOX STREET MARKET 2020

Les 22 et 23 aout 2020

Luxexpo The Box – Entrée Sud

Rue Carlo Hemmer
L-1855 Luxembourg
Tel : +352 43 911
Horaires :
Samedi 22 août – De 10h à Minuit
Dimanche 23 août – De 10h à 19h
SUIVEZ-LES
Facebook : @luxexpothebox
Instagram : @luxexpothebox
YouTube : Luxexpo The Box
Facebook Event : Cliquez ici !

VOS COMMENTAIRES